Help * Aider‎ > ‎

Sara & Jacky

posted May 9, 2015, 1:21 AM by Deed Vlatka

In September 2014 we learned about 9 little puppies abandoned in a village, suburb of  

Sarajevo. They were just born, just started to be able to see and their mum was nowhere to found. We don’t  know if she was kept by her owners or did not survive life in nature.


Puppies were just adorable… Our volunteers fed them while trying to find a foster family. Unfortunately, children from the neighbourhood used to intimidate and strike the puppies, so they were very frightened and always trembling when someone approaches to them. By the time we collected money for the foster care and found family willing to take them, there were only 4 puppies left. Sara was one of them. All four puppies were ill, full of parasites. Despite of serious efforts in the fight for life, 3 of them died, only Sara survived.


Jack was taken by villagers in the neighbourhood and put into their garden. He was kept in horrible conditions. There were some dirty and old wood shelves in the corner of the garden that was his “home”. All the time, Jackie was constantly tied with a plastic cable to a pole barley 1 meter away. By making every movement, cable rolled around his neck more and more choking him. To make the situation worse, his “owners” fed him with hard bones and water which he could hardly eat as the cable tightened his neck. Luckily, some of the neighbours noticed him and called us. We came several times to talk to the “owner” asking him in vain to improve the conditions.At the end, we negotiated with the “owner” and managed to buy Jack. He is now in mini-shelter with his sister Sara.


Both Jack and Sara are well socialised, vaccinated and healthy, well taken care of in our mini-shelter. But they dream of their own homes and families. We hope to be able to find them loving homes in France or Switzerland but for the moment their safety and well being depends on the existence of our mini-shelter.


En Septembre 2014, nous avons appris l’existence de 9 petits chiots abandonnés dans un village, en banlieue de Sarajevo. Ils étaient tout juste nés, commençaient  à être en mesure de voir et nous n’avons trouvé leur maman nulle part. Nous ne savons pas si elle a été reprise par ses propriétaires ou si elle n'a pas survécu à la vie dans la nature.


Les chiots étaient tout simplement adorable ... Nos bénévoles les ont nourris, tout en essayant de trouver une famille d'accueil. Malheureusement, les enfants du quartier avaient l’habitude d’intimider et frapper les chiots, donc ils ont eu très peur et étaient toujours tremblant quand quelqu'un s’approchait d’eux. Au moment où nous avons recueilli de l'argent pour la famille d'accueil et trouvé une famille prêts à les prendre, il n'y avait plus que 4 chiots restant. Sara était l'un d'eux. Les quatre chiots étaient malades, plein de parasites. Malgré de sérieux efforts dans la lutte pour la vie, 3 d'entre eux sont morts, seul Sara a survécu.


Jack a été pris par des villageois du quartier et mis dans leur jardin. Ou il a été maintenu dans des conditions horribles. Il y avait de vieilles étagères en bois sale dans le coin du jardin, ce qui était sa "maison". Tout le temps, Jackie a été maintenu attaché avec un câble en plastic d’1 mètre de long en plastique à un poteau. A chaque mouvement qu’il faisait, le câble s’enroulait  autour de son cou et l’étranglait de plus en plus. Pour aggraver la situation, ses «propriétaires» l'ont nourri avec des os durs et de l'eau qu’il pouvait à peine manger car le câble serait son cou. Heureusement, certains des voisins l’ont remarqué et nous a appelés. Nous sommes venus à plusieurs reprises pour communiquer avec le «propriétaire» et lui demander en vain d’améliorer sa condition. A la fin, nous avons négocié avec le «propriétaire» et réussi à acheter Jack. Il est maintenant au mini-abri avec sa sœur Sara.


Jack et Sara sont bien socialisés, vaccinés et en bonne santé, bien pris en charge dans notre mini-abri. Mais ils rêvent de leurs propres maisons et de leurs propres familles. Nous espérons être en mesure de leurs trouver un foyer en France ou en Suisse pour les aimer, mais pour le moment leur sécurité et leur bien-être dépend de l'existence de notre mini-abri.


Comments